Les relations entre patients et médecins s’équilibrent au fil des années. Les malades qui aspiraient à plus d’indépendance et une meilleure information ont vu leurs droits se renforcer. Avec la mise en place de la loi Kouchner en 2002, les droits des patients se sont multipliés. Le patient est devenu ces dernières années un acteur de la santé, ou du moins un partenaire privilégié du corps médical.

Recevoir des soins de qualité, sans aucune discrimination

Tout le monde a le droit de recevoir des soins, des traitements appropriés et de bénéficier des thérapies dont l’efficacité est reconnue. Un médecin digne de ce nom se doit d’écouter, d’examiner, de conseiller et de soigner tous ses patients avec la même conscience, et ce, quels que soient leurs origines, religion, mœurs et autres. Dans le cas contraire, le patient peut engager des poursuites judiciaires et disciplinaires.

Le médecin est libre de refuser de vous soigner pour des raisons professionnelles ou personnelles ou encore de pratiquer une interruption volontaire de grossesse s’il ne s’agit pas d’un cas d’urgence.

Voir ses frais de santé pris en charge

L’avancement des frais de santé peut conduire à la renonciation des soins. Depuis la date du 1er janvier 2016, la situation s’est améliorée grâce à la protection universelle qui l’a succédé à la couverture maladie. Une personne qui travaille ou vit en France de façon stable et régulière a droit à une prise en charge de ses frais de santé, sans autre condition.

Choisir son médecin ou son établissement de santé

Tout le monde a le droit de consulter un médecin ou de se faire soigner dans un hôpital à Paris même si elle vit en province. Ce choix est libre conformément à l’article L1110-8 du CSP, le taux de remboursement inchangé. Cela vous permet d’obtenir plus rapidement, se faire soigner près de chez votre famille. En cas de pathologie lourde, vous pouvez recourir à un second avis médical, mieux vaut consulter votre médecin traitant. L’accès direct à un professionnel de la santé est sanctionné par un remboursement moindre de l’assurance maladie ainsi que de la complémentaire santé.

Nous vous proposons de découvrir comment trouver un bon avocat sur https://www.droits-pharmacie.fr/.

Être soigné dans le respect de la dignité

Toute attitude excessif, déplacé ou inapproprié est sanctionné, le patient malade droit au respect de sa dignité. Un médecin n’a pas le droit d’exiger à son patient que ce dernier se déshabille alors que vous venez pour une consultation banale. La présence d’un étudiant ou d’un autre médecin à la consommation ou lors de votre accouchement vous dérange, et là vous pouvez la refuser.

Avoir une information complète

Chaque patient a le droit de connaître son état de santé. Les informations du médecin doivent être loyales, claires et adaptées concernent plusieurs examens, actions de prévention ou traitements proposés. Les risques courants ou graves ainsi que les autres solutions doivent être exposés.

Il est possible sur simple demande, sans aucune justification. Ce droit reconnaît votre aptitude à intervenir dans les décisions médicales qui vous concernent.