Comment procéder pour réussir son plan de financement immobilier ?

Afin de réussir un projet immobilier, il faut disposer des fonds nécessaires pour financer son achat. Si le futur propriétaire ne possède qu’une partie du montant requis du prix du bien, il devra passer par un organisme de financement pour souscrire un prêt. Quelles sont les étapes essentielles pour réussir un plan de financement immobilier ?

Faire le bilan de ses avoirs personnels

·         Définir le montant de son apport personnel

Bien que ce ne soit pas requis, il est conseillé de contribuer avec un apport personnel lorsqu’il s’agit de contracter un prêt immobilier. L’apport personnel peut provenir de différentes sources comme une donation, un héritage, une épargne personnelle, etc. En principe, sa valeur devrait représenter entre 10 à 20 % de valeur totale du bien. Si son montant est important alors le taux d’intérêt obtenu sera plus intéressant.

Avant de pouvoir déterminer le montant de l’apport personnel nécessaire, vous devrez trouver le bien immobilier dont vous avez besoin. Si vous ne l’avez pas encore déniché, référez-vous à le-verdier-immobilier.fr. Cette plateforme vous aidera à rechercher le bien immobilier qui convient à vos attentes.

·         Déterminer sa capacité d’endettement

Cela fait référence à la somme mensuelle que le souscripteur du prêt peut rembourser. Le taux d’endettement ne doit pas dépasser 33 % des revenus mensuels du futur acquéreur. Dans le cadre du calcul des charges, il faut prendre en considération différents éléments notamment :

  • Le montant de l’apport ;
  • Les revenus mensuels nets ;
  • La durée du remboursement du prêt ;
  • Le taux d’intérêt appliqué par la banque.

Le montant total du prêt (hors frais supplémentaires types assurances, garanties…) pourra être ainsi évalué de même que les mensualités de remboursement.

S’informer sur les aides à l’achat

Certains emprunteurs peuvent bénéficier d’aide à l’achat. Il existe des aides cumulables et non cumulables. Les aides les plus connues sont : le Prêt à Taux Zéro, le Prêt Action Logement, le Prêt conventionné et le Prêt Accession Sociale.

Choisir le prêt adéquat

Lorsque vous souscrivez à un prêt, vous avez le choix entre le prêt à taux fixe et à taux variable.

Avec le premier type de prêt, le taux des mensualités est déterminé avec la banque. Le taux ne va pas varier tout au long de la période de remboursement. La somme à rembourser ainsi que la durée de l’emprunt sont transparentes. Malheureusement, il est plus élevé que le taux variable et en cas de renégociation de taux.

Avec le second type de prêt, le taux d’intérêt fluctue en fonction des indices financiers. Il peut être amené à augmenter ou à baisser selon la situation économique. Les modalités de remboursement peuvent être modifiées en fonction de la situation personnelle du souscripteur du prêt.

Prévoir de payer les frais supplémentaires

Avec un prêt immobilier, il faut aussi prendre en considération les frais annexes. Parmi ces frais, on retrouve les assurances et les frais de dossier (1 à 1,5 % du capital emprunté).

En plus des frais annexes, il faudra aussi prévoir des garanties. Ces dernières peuvent être imposées par l’établissement bancaire. Il peut s’agir d’une hypothèque conventionnelle, le nantissement, le cautionnement ou l’Inscription en Privilège de Prêteur de Denier (IPPD).

Pensez également à vous informer sur les montants des pénalités encourus en cas de remboursement anticipé. Les pénalités ne doivent pas dépasser 6 mois d’intérêt et 3 % du capital restant à rembourser.